Biographie

Documents Bibliographie Liens Contact
VI. 1900 tournant d’une vie

 

 

 

 

 

 

Edouard Drumont

L’année 1900 est le tournant de sa vie. Son unique roman sort des presses : Avec le Feu, un livre à clés, pour une bonne part autobiographique, et témoignage qui donne comme un point final à l’expérience et au doute des années anarchistes. En février, il épouse Yvonne Jacquin, une cousine de Fénéon, et légitime sa petite fille née en 1898. Yvonne, malade, mourra le 30 mai 1902. Barrucand ne se remariera qu’en 1920, avec une libraire algéroise, Lucienne Crespin, de qui il aura un fils.

C’est en effet en Algérie que l’envoie maintenant la Ligue des Droits de l’homme, qui avait d’abord pensé  à Octave Mirbeau. Barrucand devient rédacteur en chef du quotidien Les Nouvelles, fondé par le sénateur Gérente pour contrecarrer la poussée antisémite dans les villes algériennes. Trente ans plus tôt, le décret Crémieux avait accordé d’office la nationalité française à 35 000 indigènes israélites et avait subitement renversé l’équilibre électoral, nourrissant la haine des foules contre les Juifs. En 1898, Drumont est élu député, et Régis maire d’Alger ; des émeutes particulièrement violentes secouent les villes côtières. En 1900, le mouvement est déjà sur le déclin. Pour ruiner son influence, Victor Barrucand publie article sur article dans Les Nouvelles. Il en réunit l’essentiel, à la veille des élections législatives de 1902, dans une brochure de propagande : M. Drumont et l’Algérie.

Préambule

Le poète musicien

L'engagement anarchiste

La Revue blanche et le Chariot de terre cuite

La première Révolution et le Pain gratuit

Fédéralisme et dreyfusisme

1900 tournant d’une vie

1902 l’Akhbar

L’éditeur d’Isabelle Eberhardt

Les combats d’un indigènophile

Orientalisme et réformes d’après-guerre

Epilogue